Parcourez la page

Jordanie

Lutter contre la violence de genre


Arrêter la violence

En raison du déplacement prolongé des réfugiés en Jordanie, les communautés d'accueil et de réfugiés connaissent un risque accru de violence sexuelle et sexiste, les femmes et les filles étant touchées de manière disproportionnée et difficiles à atteindre.  EN outre, le harcèlement sexuel, les crimes d'honneur, la polygamie et le mariage d'enfants sont en augmentation.

Les cas sont sous-déclarés, les services de soutien psychosocial (PSS) sont à bout et difficiles à atteindre, les femmes sont souvent socialement et économiquement isolées. 

Ce projet fait partie d'un engagement à long terme d'ActionAid avec les réfugiés et les communautés d'accueil dans la zone cible, située à Zarqa et Mafraq, qui accueillent un grand nombre de réfugiés syriens.

Le déficit de financement actuel (jusqu'en mars 2021) est d'environ 60 000 CHF.

Le projet touchera directement environ 560 personnes, tandis qu'environ 5 100 membres de la communauté en bénéficieront indirectement.

ActionAid éduque les jeunes femmes et hommes sur comment et pourquoi les violences sexuelles sont perpétrées et d'élaborer des plans d'action pour les combattre. On conçoit et mène des activités locales adaptées au contexte local.

Les femmes et les filles ont la possibilité de partager leurs histoires et de bénéficier du soutien dont elles ont besoin dans des «espaces sûrs». Elles sont encouragées à devenir des leaders dans leurs communautés.

Le projet mobilise également les groupes locaux existants, forme des dirigeants et élabore du matériel qui peut être réutilisé pour former d'autres personnes, en investissant dans l'éducation entre pairs.

Ensemble, ils plaident auprès des autorités locales et des représentants du gouvernement pour introduire des politiques et des lois visant à mettre fin au harcèlement sexuel et aux inégalités entre les sexes et à assurer la sécurité des femmes dans les espaces publics.

Le projet atteindra les femmes par le biais d'organisations communautaires, en fournissant un soutien professionnel au PSS et en créant des opportunités de subsistance durables dans les projets agricoles à petite échelle et dans les secteurs d'emploi non traditionnels.

L’histoire de Reem

Giordania_Progetto_1000

«Non, je ne suis pas seule.

Travailler sur le projet «Promoting Safe Cities and Gender Responsive Public Services for Women» m'a libérée de plusieurs contraintes. Au cours d'une des activités du projet, les femmes ont été encouragées à raconter leur histoire sur comment faire face au harcèlement sexuel. Ce fut un moment très important pour moi, car c'était la première fois que je révélais ma propre histoire. J'ai été harcelée sexuellement quand j'étais enfant, et depuis, c'est un fardeau que je porte depuis des années, je ne m'en suis débarrassé que lorsque j'en ai parlé. C'était un tournant pour moi, j'ai réalisé que je n'étais pas seule quand j'ai entendu d'autres femmes parler de leurs expériences, il y en avait d'autres qui souffraient comme moi! C'est le silence qui crée les murs qui nous entourent et nous fait sentir seuls face à nos souffrances. Mais ce n'est pas vrai, révéler est le premier pas vers la liberté de cette prison et la réflexion sur des solutions individuelles et collectives. »

Reem Khasman, coordinatrice de projet - "Nisaa"

Crédits photos: Tala Mashaqbeh

Le 28 avril 2019, des groupes d'action pour la protection des femmes ont rénové trois écoles de Zarqa. Tous les étudiants ont été sensibilisés aux compétences de communication, de communication en famille et sur la violence de genre.

Êtes-vous intéressé par ce projet? Contactez-nous pour en apprendre plus.