Parcourez la page

Kenya

Agriculture durable.


Isiolo

À Isiolo, dans le nord du Kenya, les effets du changement climatique sont dramatiquement visibles: les sécheresses extrêmes se produisent désormais beaucoup plus fréquemment que dans le passé. Cela a contraint de nombreuses communautés pastorales à abandonner l'élevage. La mort du bétail - souvent la seule source de sécurité des moyens d'existence - est un grave problème pour la survie de la population. Les agriculteurs sont également confrontés à de nombreuses difficultés car l'extrême sécheresse a entraîné des pertes de récoltes et donc de fourrage pour le bétail.

Les communautés agro-pastorales de la région vivent désormais dans une extrême pauvreté et l'insécurité alimentaire augmente.

L'intervention d'ActionAid à Isiolo cible 10 communautés de bergers et d'agriculteurs, en particulier des femmes. L'objectif est de former 7.800 agriculteurs aux techniques agricoles durables et d'améliorer la gestion des ressources naturelles pour 15.900 agriculteurs; faciliter les liens entre les communautés d'agriculteurs et d'éleveurs et les autorités locales sur les questions de développement rural durable ainsi que développer des systèmes d'alerte précoce qui intègrent les connaissances locales aux prévisions météorologiques.

L'histoire d'Amina

Kenya_Amina_692

"Notre ferme est une ferme modèle au sein de la communauté"

Amina Hassan est une mère de 6 enfants de 29 ans à Kamuthe, dans le comté de Garissa. Elle a étudié jusqu'à la troisième classe lorsqu'à l'âge de 12 ans elle a été mariée à un homme de 70 ans. Elle a décidé de rejoindre un réseau local de femmes, soutenu par ActionAid, et a formé son propre groupe de femmes qui ont décidé ensembles de démarrer une activité agricole: il s’agit d’une activité qui  n'est pas une activité très pratiquée dans leur communauté pastorale.

ActionAid est venu les soutenir dans leur formation sur les techniques agricoles, l'irrigation des canaux et les cultures résistantes à la sécheresse. ActionAid leur a en outre fourni une pompe à eau pour augmenter leur approvisionnement en eau de la rivière Tana. En signe de soutien, les hommes leur ont accordé 350 acres de terrain près de la rivière Tana pour labourer et planter les cultures de leur choix. Avec le premier revenu généré par la vente de produits, le groupe de femmes a acheté 150 acres supplémentaires de terres qui ont été réparties entre les membres du groupe.

"Nous plantons différentes cultures. Comme maintenant, j'ai planté des tomates et des citrouilles. Un autre membre a planté des pastèques et des aubergines. Cela enrichit le soli et réduit la concurrence sur le marché entre nous. Avec l'argent que je gagne en vendant des fruits et légumes que je cultive dans ma ferme, je suis en mesure de payer les frais de mes enfants, de payer les frais médicaux et de leur fournir de la nourriture ", explique Amina." Le premier profit que j'ai tiré de ma ferme en 2017, J'ai acheté 3 vaches. J'ai maintenant 9 vaches!".

Leurs fermes sont des fermes modèles pour toute la communauté. Les hommes qui leur ont délivré la première parcelle de terrain sont appréciés pour leur dur labeur et d'autres groupes de femmes de leur communauté veulent se lancer dans l'agriculture aussi. "Nous sommes un modèle pour les autres groupes de femmes, ils tentent maintenant d'acquérir des terres pour commencer à cultiver aussi."

 

Êtes-vous intéressé par ce projet? Contactez-nous pour en savoir plus.