Mon voyage en Jordanie
 

J'ai visité les projets d'ActionAid dédiés aux femmes et aux jeunes réfugiés.

 

Gisella Reina, directrice de la philanthropie et des partenariats chez ActionAid Suisse, a récemment visité la Jordanie pour approfondir sa connaissance du travail que ActionAid réalise dans la région arabe du Levant:

« Récemment, j'ai visité ActionAid Arab Region. Ce bureau couvre le travail au Liban et en Jordanie. J'ai toujours été très intéressée par cette région : en tant qu'étudiante en raison de son histoire fascinante, en tant que voyageuse pour les gens merveilleux et hospitaliers, le magnifique paysage et la nourriture délicieuse. Mais ces pays ont également été confrontés aux conséquences de la guerre civile, dont les civils continuent de payer un lourd tribut.

Je savais que depuis des décennies, les deux pays accueillent des réfugiés des pays voisins et, au cours des 10 dernières années, ont vu une augmentation sans précédent des arrivés des réfugiés en raison de la guerre en Syrie. Mais j'ai été choqué de savoir que, au niveau mondial, la Jordanie et le Liban ont accueilli le plus grand nombre de réfugiés par rapport à leur population, avec environ 130 et 164 réfugiés pour 1000 habitants : cela signifie environ 10 fois plus qu'en Suisse, où cette moyenne est de 14.

Campo_Zerqa_750

En Jordanie, 80% des 1 300 000 réfugiés syriens vivent dans des villes, des villages et des zones rurales, comme Mafraq, Zarqa et Irbid, et la plupart d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté. En descendant les rues d'Amman, j'ai été impressionné par les nombreux enfants et leurs familles qui vivent visiblement dans la misère, mendiant dans la rue.

Aroub et Khawlah, mes collègues du Programme régional arabe d’ActionAid, ont expliqué qu'en raison de leur déplacement prolongé, les ressources des réfugiés ont été épuisées depuis longtemps et les taux de chômage étaient très élevés, en particulier chez les jeunes et les femmes. L'éducation, la santé et d'autres infrastructures ont été très mises à rude épreuve, tant pour les réfugiés que pour les communautés d'accueil, pour qui le chômage et la concurrence pour les emplois peu qualifiés étaient déjà un défi avant la crise syrienne.

En discutant avec Moath, Ala, Samar, Joud de l'équipe humanitaire ActionAid à Amman, j'ai eu la chance d'en savoir plus sur le travail que ActionAid Arab Region fait en ciblant les réfugiés et les communautés d'accueil au dehors des camps. Les deux populations sont pauvres et ont besoin d'aide : l'équipe trouve des solutions à la fois bénéfiques pour les communautés d’accueil et les réfugiés, en contribuant à apaiser les tensions entre les deux.

Giordania_750

La priorité d'ActionAid est d'aider les femmes et les filles, en augmentant leur protection, leur sécurité et leur bien-être. Certaines pratiques traditionnelles, la pauvreté et les perspectives très limitées d'une vie meilleure frappent malheureusement plus durement les femmes : les femmes en Jordanie et au Liban nous disent souvent qu'elles sont confrontées au stress, à la violence domestique et de rue, au harcèlement et à d'autres violations de leurs droits humains. Les filles sont mariées à un âge de plus en plus jeune comme mécanisme de sortie de la pauvreté.

Nos programmes visent à restaurer leur espoir et leur sécurité, en équipant les femmes et les filles des instruments nécessaires pour qu’elles se sentent en sécurité, en formant des groupes de femmes qui développent des initiatives de protection, y compris la mise en place de lieux sûrs, ainsi qu'en fournissant un soutien psychosocial aux survivantes de violences basées sur le genre. Avec les femmes et les jeunes, nos programmes encouragent les attitudes positives envers les femmes et engendrent un changement d'attitudes envers les traditions qui acceptent et perpétuent la violence de genre. Nous développons des initiatives qui encouragent l'autosuffisance afin qu'elles émergent des victimes pour devenir des actrices dans la construction de leur avenir et l'ouverture de leurs horizons.

Mes collègues ont également parlé du programme où nous nous engageons avec les jeunes locaux : « nous les encourageons à prendre davantage conscience de leur rôle de citoyens actifs, à prendre des responsabilités et à exiger de la prise de responsabilité de la part de leurs représentants ». Les possibilités d'emploi sont limitées : ActionAid Arab Region encourage donc les initiatives de création de petites entreprises et de développement des compétences pour accroitre l’employabilité.

J'espère que, également avec l'aide de particuliers et de fondations suisses, nous pourrons les aider.

Bien sûr, maintenant que la pandémie menace la vie de beaucoup de personnes, le financement de ce travail est plus difficile que jamais.

Mais les gens ont besoin de notre soutien : leurs infrastructures de santé sont beaucoup plus fragiles et ils dépendent beaucoup de l'auto-assistance communautaire que nous les aidons à construire et à maintenir. Nous savons également que les femmes et les enfants sont beaucoup plus sujets à la violence domestique en situation de crise : C’est un domaine que notre travail continuera de soutenir. »