Parcourez la page

Grace

“Mon mari me battait. Après les rencontres de sensibilisation avec ActionAid, ma vie a changé.

"Mon mari me battait. Après les rencontres de sensibilisation avec ActionAid, ma vie a changé.

"J'ai épousé Gerald quand j'avais 19 ans. La première année de mariage a été joyeuse, peut-être aussi parce que j'étais heureuse d'être mariée. Les années suivantes, par contre, se sont transformées en un véritable enfer sur terre..."

L'histoire de Grace est douloureuse à écouter. Elle s'arrête souvent entre une phrase et l'autre pour réfléchir, se souvenant des moments les plus difficiles de sa vie.

"Mon mari buvait beaucoup et quand il rentrait à la maison, il me battait sans raison et me forçait à avoir des rapports sexuels, même quand j'étais enceinte et que je n'étais pas bien. Cela a été ma routine pendant plus de 25 ans. Une fois, il m'a même blessée avec un couteau !

Cette fois-là, j'ai tout raconté à ma mère qui de son côté m'a répondu que la violence est la croix que toute femme doit porter. De plus, Gerald ne prenait pas soin de sa famille. Je devais tout faire moi-même : cultiver la terre, nourrir nos enfants et les envoyer à l'école. Quand mon mari me battait, ils avaient très peur et s'enfuyaient souvent chez mes parents, qui vivent près de chez nous. Un soir, un de mes enfants, en courant vers ma mère, a été mordu par un serpent. Nous avons eu très peur”.

Puis, la rencontre avec les opérateurs locaux d'ActionAid a tout changé.

"Il y a cinq ans, un ami m’a invité à une rencontre de sensibilisation organisée par ActionAid Ouganda. C'est comme ça que j'ai découvert que mon mari était passible de poursuites pénales pour m'avoir battue à plusieurs reprises et ne pas avoir pris soin de sa famille. J'ai pris le courage et j'ai tout raconté au chef de ma communauté, qui a ensuite parlé avec mon mari. Puis, j'ai convaincu Gerald d’assister à un spectacle sur la violence domestique. Au fur et à mesure que l'histoire se développait, soulignant toutes les conséquences négatives de la violence, j'ai vu mon mari se mettre à pleurer. Sur le chemin du retour, il est resté en silence. Depuis ce jour-là, il ne m'a plus battue et j'ai vu un changement en lui. Il a commencé à me parler doucement, à m'accompagner au puits pour aller chercher l'eau et à encourager nos enfants à retourner à l'école. Malheureusement, il a fallu qu'ils arrêtent leurs études parce que l'argent ne suffisait jamais, car Gérard dépensait le peu d'argent qu'il avait en alcool. ActionAid nous a donné ce dont nous avions besoin pour commencer à cultiver du manioc et des noix de terre: maintenant nous sommes en mesure d’en produire suffisamment pour les vendre. Ce qui nous permet d'avoir l'argent qu'il nous faut pour envoyer nos enfants à l'école.

Je suis également membre d'un groupe Reflect (N.D.L.R ce sont des groupes de sensibilisation et d'émancipation) où nous apprenons à gérer nos épargnes. Ma vie a complètement changé. Maintenant, mon mari et moi sommes meilleurs amis et nous gérons aussi un petit restaurant dans notre village.

Grace_Story_750