Parcourez la page

Furaha

Une fois que j’ai vendu mes produits, je n’ai aucun revenu. La fabrication de savon m’a aidé à survivre.

Furaha Ntawigira, 39 ans, est mariée et mère de six enfants. Elle vit dans le territoire de Nyiragongo en République démocratique du Congo (RDC).

Furaha est la secrétaire du groupe de femmes de Maendeleo qui a bénéficié d’une formation organisée par ActionAid en fabrication de savon. Le projet vise à diversifier les revenus et à accroître l'accès et le contrôle des femmes sur leurs terres.

Furaha_Story_750

« Le Covid-19 est pire qu'Ebola. Il a affecté les activités agricoles et secoué l'économie locale. Avant le Covid-19, nous pouvions aller acheter des marchandises au Rwanda, Goma, Rutshuru ou Masisi. Lorsque le confinement a été déclaré, les gens ne pouvaient plus quitter leurs villages. Par conséquent, nous ne pouvions ni acheter ni vendre et nous ne pouvions survivre que grâce aux produits agricoles, même si la production était médiocre pendant la saison de croissance actuelle. Nous avons mangé ce que nous avons obtenu de la ferme pendant le confinement, nous n'avons pas pu obtenir une grande variété de nourriture et d'épices », dit-elle.

Furaha_Story_750b

Furaha dit qu'il y a eu une mauvaise récolte cette année parce que les agriculteurs n'ont pas pu se déplacer pour acheter des semences et des pesticides du Rwanda ou du territoire de Masisi.

En réponse à cette crise, ActionAid forme les femmes du district sur l'agroécologie, les techniques agricoles résilientes au climat et durables qui fonctionnent avec la nature, afin de réduire leur dépendance aux semences achetées, aux pesticides et aux engrais.

La criminalité locale a augmenté à mesure que les gens perdaient leurs moyens de subsistance en raison du confinement. Furaha dit : "De nombreux voleurs avaient l'habitude de s'introduire dans les fermes et de voler la récolte. J'avais des cultures de pommes de terre à la ferme avant le confinement, mais des voleurs qui manquaient de nourriture pendant les périodes difficiles, se sont introduits dans les fermes pour voler les récoltes, y compris la mienne. Si vous les rencontrez, ils vous battaient et menaçaient de vous tuer au cas où vous les dénonceriez. "

Pour pouvoir gagner leur vie, Furaha et d'autres femmes fabriquent et vendent du savon. Le lavage des mains étant désormais indispensable pour empêcher la propagation du Covid-19, l’entreprise de fabrication de savon des femmes Maendeleo est en plein essor.

« Maintenant, mis à part le revenu des produits agricoles, je peux tirer 7$ de profit par semaine de la fabrication de savon. La dernière fois, après avoir vendu les produits de la ferme et en avoir consommé une certaine quantité, il n'y avait aucun revenu pour couvrir la période entre deux récoltes. Maintenant, la production du savon le fera », dit Furaha.

Avec ces revenus, Furaha a pu acheter des semences de pommes de terre, dit-elle: "Si je n'avais pas fabriqué et vendu le savon, je n'aurais pas eu acheter des semences pour la saison prochaine".