Parcourez la page

Florence

«Je suis une défenseure des droits humains. J’espère que nous retrouverons nos terres».

Ceinture de Sel

Florence aide les communautés de la «Ceinture de Sel» du Kenya à lutter pour leurs droits fonciers. Elle a 26 ans et travaille pour le partenaire d'ActionAid Kenya, Malindi Rights Forum (MRF), pour aider les communautés à comprendre leurs droits, leurs lois foncières et la conservation de l'environnement.

Elle est également personnellement touchée par les activités des sociétés d'extraction de sel, lorsque 2’400 villageois de Garithe, où elle a grandi, engagent des poursuites judiciaires pour défendre leurs droits de continuer à vivre et à travailler sur près de 800 acres de terres qu'ils cultivent depuis des générations.

«Je suis une défenseure des droits humains. Alors que nous continuons à enseigner et à inspirer les gens à défendre leurs droits, ma communauté et mon village subissent des abus de la part des entreprises », dit-elle. "Cependant, j'espère qu'en travaillant avec le Malindi Rights Forum et nos dirigeants de différentes manières, nous finirons par trouver une solution et retrouver nos terres et les problèmes seront terminés."

Florence souligne les impacts de l'extraction du sel sur les communautés locales, en déclarant : «Le premier problème est l'expulsion des membres de la communauté de leurs terres. Depuis qu’ils extraient le sel, il y a eu d'autres problèmes tels que la pollution de l'eau à usage domestique. L'exploitation du sel a également eu un impact négatif sur l'environnement, les mangroves sont détruites en raison de leur travail. »

Elle dit que ce sont les femmes qui sont les plus touchées car la pollution provenant des mines les oblige à parcourir de longues distances pour trouver de l'eau potable.

« J’éduque les femmes sur leurs droits et je m'assure qu'elles non seulement comprennent mais sont également capables de les défendre », dit-elle. « Selon nos coutumes et traditions, seuls les hommes héritent de la terre. ActionAid collabore avec Malindi Rights Forum pour donner aux femmes les moyens de plaider en faveur de l'égalité des sexes et de l'égalité de la propriété foncière dans la communauté.

Florence_Kenya_Story_ch_750

En août 2020, la Munyu Salt Company a défriché 40 acres de terres à Garithe, y compris des mangroves, qui sont un terrain de reproduction essentiel pour les poissons et la vie marine, et en tant que défense naturelle contre les inondations, les cocotiers et les anacardiers, dont les gens dépendent pour leurs moyens de subsistance. N'étant pas étrangère aux activités nuisibles des sociétés d'extraction de sel dans la région, la communauté a agi rapidement pour informer les autorités et arrêter la destruction.

Kitasi Wanga, responsable de la politique et des campagnes sur les terres, l'agriculture et les ressources naturelles à ActionAid Kenya, explique : « Les villageois, en particulier les femmes, ont été formés par ActionAid et le Malindi Rights Forum, alors quand les démolisseurs sont arrivés, ils connaissaient les étapes à suivre pour arrêter toute nouvelle destruction. Les services forestiers du Kenya ont maintenant porté l'affaire de la Munyu Salt Company devant le procureur et nous attendons notre procès.

Cinq mois après la destruction, une date n'a pas encore été fixée pour le procès et les villageois espèrent un résultat positif. Florence dit : « Je suis convaincue que grâce à nos efforts de plaidoyer et à notre partenariat avec le gouvernement, nos terres pourront être arpentées et les villageois acquerront des titres de propriété pour leurs terres. J'espère qu'ils nous laisseront récupérer nos fermes afin que nous puissions gagner notre vie ».

Le Land Act 2012 du Kenya stipule que les communautés ont droit à leurs terres ancestrales et que les investisseurs doivent consulter les communautés avant de commencer les travaux. ActionAid Kenya travaille avec le Malindi Rights Forum pour s'assurer que les communautés de la ceinture de sel, comme Garithe, obtiennent leurs papiers fonciers afin de prouver leurs droits.

Kitasi déclare : « Les projets de développement ne devraient être poursuivis qu'avec le consentement et la participation des personnes qu'ils affectent et ne jamais être utilisés comme excuse pour les violations des droits de l'homme et ceux qui cherchent à tirer profit du déplacement. Nous espérons que les villageois seront indemnisés pour leur perte et nous voir la justice rendue ».

__________________
En photo : Florence Mramba avec son collègue Peter Komora au bureau.
Crédits photographiques: Erika Piñeros/ActionAid

__________________

Cet article a été initialement publié par ActionAid International, « I am a human rights defender. I have hopes that we will have our land back», 08/01/2021