Parcourez la page

Dickson

“Ils sont venus comme voleurs. Ils ont démoli et détruit ma maison”

Dickson a tout perdu lorsqu'une entreprise d'extraction de sel a détruit sa maison au bulldozer.

Les villageois de Garithe, au Kenya, dans la ceinture de sel de Marereni, se battent pour leur droit de continuer à vivre et à travailler sur près de 800 acres de terre qu'ils cultivent depuis des générations.

Dickson Kenga, un producteur de vin de palme, a vu sa maison et ses terres détruites par la Munyu Salt Company lorsqu'elle a commencé à travailler en août de l'année dernière pour défricher 40 acres de terres, y compris des mangroves, des cocotiers et des anacardiers.

Il y a cinq mois, la communauté attend toujours le résultat d'une action en justice contre la société de sel visant à restaurer ses droits fonciers.

«Ils [la Munyu Salt Company] ne m'ont donné aucun préavis, ils sont simplement venus comme voleurs, ils ont tout simplement démoli et détruit l'endroit», dit Dickson. « Ils les ont abattues [les cocotiers], ils les ont creusés et déracinés. Il y avait d'autres plantes agricoles appelées Mirabu [citrouilles] et d'autres appelées Mitsungi [arbres fruitiers] qu'ils ont déracinés. Les plantes qu'ils ont détruites portent les fruits dont nous nous nourrissons. Parfois, quand nous avons très peu d'argent pour acheter de la farine, nous décidons de nous nourrir des citrouilles et d'économiser le peu d'argent pour d'autres besoins. "

Dickson_Story_750

Les mangroves sont essentielles au mode de vie des villageois car elles fournissent une défense naturelle contre les inondations et les tempêtes, et un écosystème unique pour les poissons et d’autres espèces marines. Le changement climatique affecte déjà la zone côtière et la destruction des mangroves rend la vie plus difficile à Dickson et à sa communauté.

« Dans le passé, nous vendions du poisson, mais maintenant la situation est vraiment mauvaise », dit-il. « L'eau s'est réchauffée, les poissons sont morts et les crevettes ne sont plus là. Si nous voulions du poisson pour le ragoût, nous les obtiendrions ici, si nous en voulions pour les vendre, nous pêcherions ici et les vendrions. »

Dickson ne gagne que 500 Ksh (environ 4 francs) en exploitant et en produisant du vin de palme après avoir partagé le produit de ses ventes avec le propriétaire des palmiers, ce qui suffit à nourrir sa famille pendant quatre jours. Il a planté des palmiers sur sa propriété afin de pouvoir démarrer sa propre entreprise de vin de palme, il nous dit: « Je n'aurais pas dû partager mes profits et mes enfants auraient mené une belle vie. »

Mais la société du sel a abattu ses arbres, laissant sa terre inhabitable et inondée d'eau de mer pendant les marées hautes.

Dickson fait partie des 2’400 villageois soutenus par ActionAid Kenya et son partenaire, le Malindi Rights Forum, pour intenter une action en justice contre la Munyu Salt Company pour avoir détruit leurs maisons et leurs moyens de subsistance. Il espère obtenir une compensation de l'entreprise pour ses pertes, et ajoute : « Je n'ai jamais pensé que cela se passerait comme ça. Ce que j'espère, c'est [qu'ils] me compenseront pour ma maison et mes plantes détruites ou m'achèteront d'autres terres où je pourrai reconstruire ma vie. J'espère vraiment que la loi suivra son cours. »

Peter Komora, militant communautaire au Malindi Rights Forum, déclare : « Les activités nuisibles des sociétés d'extraction de sel sont un problème persistant pour les communautés. L'affaire Munyu est un exemple de la façon dont le 'développement' peut être utilisé comme écran de fumée pour faire progresser l'acquisition illégale de terre au profit de quelques personnes politiquement connectées. "

Le Land Act 2012 du Kenya stipule que les communautés ont droit à leurs terres ancestrales et que les investisseurs doivent consulter les communautés avant de commencer les travaux. ActionAid Kenya travaille avec le Malindi Rights Forum pour s'assurer que les communautés de la ceinture de sel obtiennent leurs papiers.

Kitasi Wanga, responsable des politiques et des campagnes sur les terres, l'agriculture et les ressources naturelles chez ActionAid Kenya, déclare : « Les projets de développement ne doivent être poursuivis qu'avec le consentement et l'implication des personnes qu'ils affectent et ne doivent jamais être utilisés comme excuse pour des violations des droits humains par ceux qui cherchent à tirer du profit du déplacement. Nous espérons que les villageois seront indemnisés pour leur perte et que justice sera rendue. "

 

En savoir plus sur les personnes directement touchées par l'extraction du sel à Garithe:

Florence: «Je suis une défenseure des droits humains. J’espère que nous retrouverons nos terres».

 

Crédits photographiques : Erika Piñeros/ActionAid
Cet article a été initialement publié par ActionAid International, “'They came like a thief, demolished and destroyed the place'”, 08/01/2021