Parcourez la page

Les filles les plus touchées par les fermetures d’écoles

Les enseignants signalent une augmentation des mariages précoces.

À l'occasion de la Journée internationale de l'enfant, on réfléchit sur comment cette année c’est eux qui paient le prix le plus élevé.

Alors que les enfants du nord de la planète sont retournés à l'école, les enseignants d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine affirment que de nombreuses filles de leurs classes ont du mal à rentrer en raison de l'augmentation des mariages précoces, des grossesses et du travail de soins non rémunéré pendant les verrouillages de Covid-19.

ActionAid a interrogé 130 enseignants de 14 pays (*) qui travaillent dans des communautés où les moyens de subsistance ont été perdus pendant la pandémie et où les filles sont les plus durement touchées par les fermetures d'écoles. Les enseignants ont déclaré que la plupart de leurs écoles étaient fermées depuis mars.

L’enquête donne un aperçu des préoccupations des enseignants pour une génération d’écoliers:

  • Environ trois enseignants sur cinq interrogés affirment que la pandemie causera un taux d'abandon plus élevé pour les filles (59%) et les enfants les plus pauvres (62%).
  • Près de la moitié sont préoccupés par l'augmentation des grossesses précoces (41%) et des mariages précoces (45%) en raison de la crise du Covid-19. Plus d'un tiers (35%) s'inquiètent de l'augmentation de la faim.
  • Les enseignants affirment que certains des plus gros problèmes qui empêchent les filles de retourner à l'école sont les parents qui n'ont pas les moyens d’en payer le coût (62%), les soins non rémunérés (59%), le travail des enfants (51%) et le mariage précoce (52%).
  • La plupart des écoles (81%) ont prévu un enseignement à distance, mais 76% des enseignants ont déclaré que moins de la moitié de leurs élèves étaient en mesure de suivre leurs cours.

Husein Goohe, directeur d'une école du district de Gabiley, au Somaliland, a déclaré que seulement 13 élèves - tous des garçons - sont rentrés à l’école après sa réouverture en juillet, contre 119 d’avant Covid-19. Il a déclaré que les 50 filles de l'école n'avaient pas pu rentrer, principalement en raison des mariages précoces affectant plusieurs enfants dès l'âge de 12 ans.

« Je me suis senti désespéré quand j'ai vu la majorité des élèves ne pas retourner à l'école pour continuer leur apprentissage et investir dans l'avenir de la communauté », dit-il. « L'avenir des enfants sera plus sombre. Je crains qu'ils ne travaillent dans le travail occasionnel comme le font leurs parents et qu'ils luttent pour survivre. "

L'Appel à l'action d'ActionAid sur le financement durable de l'éducation après le Covid, soutenu par 190 organisations, dont Save the Children, Oxfam et le Malala Fund, définit 10 étapes pour transformer l'éducation et faire de la pandémie un tournant pour accroître l'égalité et l'inclusion.

L’éducation des enfants doit être notre première priorité et les gouvernements doivent veiller à ce que leurs droits soient respectés pendant cette pandémie.

 

 

(*) En août 2020, ActionAid a interrogé 130 enseignants travaillant dans 82 écoles au Bangladesh, au Brésil, au Cambodge, en Éthiopie, au Ghana, en Inde, au Kenya, au Malawi, au Mozambique, au Népal, au Nigéria, au Rwanda, au Somaliland et au Zimbabwe.